Ecole Les Farfadets – Codolet

Accueil

Commentaires fermés sur Accueil
 

Bienvenue sur le site de l’école Les Farfadets de Codolet et bonne visite !

photo_entete_1

 Communications et jour de direction

Cette année scolaire 2016-2017, le jour de décharge sera encore le mardi.

En cas de non-réponse au téléphone, l’équipe enseignante reste à votre disposition par mail : directioncodolet@gmail.com

 

Notre classe en quelques mots…

Commentaires fermés sur Notre classe en quelques mots…
 



Ecrire, c’est un plaisir qu’on partage avec les copains. On aime notre prénom, et le tracer est devenu un rituel qui commence à se « graver » dans nos mémoires!



Les activités de langage sont fréquentes. Nous aimons fouiller dans les livres, jouer au jeu des devinettes. Et la plupart du temps c’est l’occasion d’échanger des mots, des idées, des phrases.


Livre mon ami, dis moi qui tu es? Tourner les pages, regarder, inventer une histoire ou retrouver celle qu’on connaît déjà. C’est tout un monde qui s’ouvre à nous… Et les ateliers de lecture nous donnent encore plus envie d’avancer sur le long chemin de la lecture.


Donnez moi un crayon et je vous refais le monde… Donnez moi des couleurs et je lui redonnerai des sourires…. Alors, je colorie, tu colories, nous colorions…


1, 2, 3 soleil… mais après, plus loin que le soleil, il y a tous les autres nombres, et ceux là, on commence à les connaître, et à les aimer.


Grands ou petits, nous avons compris l’intérêt des nombres et leur signification.


D’un bout de papier on peut créer un petit monde bien à nous. Découper un papier, faire une route, tout est possible. Mettre la colle avec un pinceau sur le bon côté après l’avoir découpé est parfois le plus difficile !


Les ateliers puzzles connaissent une grande activité. Il font partie du monde de la réflexion, de l’observation. Assembler des pièces, à l’horizontal ou à la verticale, c’est un sport où nous devenons de plus en plus forts.


Et c’est aussi une manière d’échanger des avis, des envies, des mots et des sourires… Juste un petite pièce à mettre en place…


Ces activités d’assemblage sont à la portée de tous, et varient selon le niveau de chacun. Les matières, les couleurs des jeux forgent des souvenirs qui resteront bien vivants dans nos mémoires, même l’école finie.


Il faut trouver la bonne orientation et le bon emplacement. Pour cela, il faut d’abord avoir une idée de ce qu’on veut reconstruire, et le voir se redessiner est un plaisir.


Les ateliers de rangement des cylindres ont toujours leur succès. Quant aux barres à ranger, elles sont toujours aussi mystérieuses pour les nouveaux participants, mais ceux ci comprennent vite le fonctionnement de l’atelier.


Quelle tour est la plus haute… et laquelle tombera la première si je ne fais pas attention? Bon, de  toute façon, il faudra tout ranger dans les boîtes une fois l’atelier fini.


Et la construction peut se faire en vertical ou en horizontal…Comme ça, il y a moins de risque qu’une catastrophe se produise! Maîtriser la gradation dans tous les sens est très important, pour comprendre les mathématiques.


Grâce aux ateliers sensoriels, nous progressons dans notre maîtrise de l’espace et des volumes…


Ranger du plus petit au plus grand, du plus mince au plus épais, du plus lourd au plus léger sont autant de difficultés que nous devons surmonter et la répétition des situations nous y prépare…


 


Le monde serait bien triste sans couleurs. Il serait encore bien plus triste si nous, les enfants, n’avions pas un pinceau, une feuille et de la peinture pour lui montrer combien il est joli à regarder.


 


A la manière de Mondrian .Et si on jouait à imiter les grands peintres, pour mieux les connaître?

 



Dans chaque coin, des petites mains s’activent… Le monde des formes ne peut plus nous cacher ses secrets. On sait associer une série d’ objets à une forme. Et jouer avec les formes nous permet de mieux apprécier ses secrets.


Le sport est un moment privilégié où chacun d’entre nous essaye de se surpasser. Toutes les formes de lancers sont sources de découverte. Viser et lancer, lancer loin, lancer fort, lancer avec précision. Tout est possible.



Attention! Prêt au départ. Lancer prêt à être effectué… Cible touchée ! Bravo!


Chaque situation est aussi l’occasion de mettre en place une organisation qui nous donne un rôle à suivre. Je lance, tu ramasses les projectiles, puis ce sera à moi. On change quand j’ai fini. Et toi, tu comptes les points!


Les goûters sont des moments qu’on aime encore plus partager! Les gâteaux d’anniversaires sont toujours excellents, surtout quand on les mange avec les copains!


Cette fois ci, c’était le tour de Théo, Lucie, Tatiana et de  Robin d’organiser leur petite fête d’anniversaire. Bravo à eux!


Sagement et calmement… l’heure du gâteau est arrivée! . Merci aux copains d’avoir pensé à nous.

Fatiguée par le bruit de ses voisins, Musette la petite souricette quitte son grenier et part en quête d’un nouvel abri. Au cours de son voyage, elle rencontre des animaux très différents d’elle, mais aucun ne peut l’accueillir. Qui voudra alors partager son logis et lui ouvrir son coeur ? Et trotti trotta petits pas, Souricette cherche un autre endroit….

 

Les ateliers, c’est (aussi) du sport…

Commentaires fermés sur Les ateliers, c’est (aussi) du sport…
 

Lorsqu’on connaît les premiers nombres, on est capable d’avancer dans la numération et d’aller bien au delà. Grâce à cet atelier, nous comprenons et interprétons la notion de quantité. Un peu, c’est facile… Beaucoup, on avait l’impression que ce serait « beaucoup » plus difficile à comprendre, mais on a mieux compris en jouant avec ces cubes. 1, 10, 100, 1000… Qui dit mieux?

Surement que nos copains les Petits savent eux aussi bien compter… S’ils veulent s’endormir à la sieste, peut être qu’en comptant des moutons? En tout cas, nous savons associer à chaque nombre une quantité, et nous avons aussi abordé la notion de nombre pair et impair… C’est comme quand on est en rang, deux par deux….

Lorsqu’on parle d’écrire, les Grands pensent toujours à des lettres à tracer. C’est vrai, toutes les occasions  sont bonnes pour apprendre à tracer prénom ou nom. Mais il ne faut pas oublier l’écriture des nombres. D’autant plus que certains de ces vilains là ont tendance à se ressembler ou à se mettre à l’envers!

Lorsque la maîtresse nous donne les étiquettes qu’elle a préparées avec des animaux sympathiques, on est prêt à retrouver le nom de chacun d’entre eux.  Ce n’est pas toujours simple. Il faut reconnaître l’animal (ça c’est du vocabulaire), puis retrouver son étiquette (ça c’est une forme de lecture) puis retrouver le bon sens du mot (organisation de l’espace) avant de le placer sous chaque animal… Un atelier multi-compétences !

Si on aide les animaux à retrouver le costume de leur nom, d’autres retrouvent des objets grâce à des indices… C’est un jeu de lecture! On fait chanter les sons qui composent un mot, et si on « n’oublie pas les paroles », on retrouve le mot qui est caché! C’est amusant! Et en plus notre liste de mots grandit!

Attribuer un sens à un mot à partir d’une étiquette que l’on décode, c’est faire un grand pas sur la route de la lecture… Allons, petits sons, chantez, chantez! Et nous verrons bien qui se cache derrière chaque étiquette!

Et pendant ce temps, d’autres copains ont sorti un quadrillage pour réaliser un tableau en respectant les couleurs , ou progressent dans la logique en complétant des tableaux à double entrée… Voyons, rouge, plus une robe, ça donne une robe rouge!

Pourquoi ne pas en profiter pour réaliser une oeuvre à la peinture à l’aide d’un pinceau… Plusieurs compétences sont exploitées: travailler debout (sur un plan vertical), utiliser un outil inhabituel (le pinceau), réaliser des actions bien synchronisées (sans renverser la peinture, par exemple…)…Et tu vois, Doudou, je vais pouvoir repeindre ta chambre!

Les ateliers sensoriels nous permettent de maîtriser des gestes, des savoirs qui vont nous être utiles dans des situations qui vont se répéter. Un effort de concentration pour arriver à dresser nos petits doigts à boutonner un vêtement, ou pour empiler des formes sans faire … de catastrophe!

Chacun à son tour fréquentera cet atelier de l’escalier marron. Et je crois que même Doudou a décidé que lui aussi devrait y passer. Mais pourra t-on lui faire confiance?

Allez, encore un petit effort, et je serai parfaitement autonome pour m’habiller ou pour mettre mon manteau…En ce moment, c’est un savoir fort utile! Mais heureusement, même si on n’y arrive pas, il y aura toujours un copain, ou un Grand pour nous aider!

L’entente entre nous est un des éléments les plus intéressants dans notre groupe. Quand on a fini un atelier, on peut aller aider un camarade, ou l’encourager pour qu’il finisse sa tâche. Chacun est occupé ou s’occupe… Commenter ou donner un conseil ou encourager, c’est une mise en oeuvre du langage utile…

Le sport, c’est forcément un de nos moments préférés.

Et certains ateliers sont des prolongements de la coopération abordée en classe. Si on ne s’entend pas, on ne pourra jamais réussir ce jeu. Il faut être attentif à ce qui va arriver, à ce qu’il faudra faire. Anticiper, puis réaliser ce qu’on a prévu, rester concentré…Les bases d’un sport collectif: agir pour la réussite de tous.

C’est étonnant ce que ces cerceaux semblent loin quand il faut sauter à pieds joints de l’un à l’autre… Mais les consignes sont claires, et l’envie de réussir fait le reste. Nous avançons dans la maîtrise de notre corps.

Oui, le sport, c’est renversant…On a le droit de se traîner par terre, d’avancer en passant sous le banc, sur le ventre, sur le dos… Alors, oui, c’est génial, et on sait faire! La maîtresse invente des circuits de motricité bien compliqués, mais il ne faut pas oublier que rien ne nous fait peur, pas vrai Doudou?

D’autres photos de nos aventures 

Bonne année !

Commentaires fermés sur Bonne année !
 

On ne sait peut être encore pas trop ce que c’est qu’une année, car c’est vrai qu’on n’a pas vu souvent le jour de l’an, mais ne vous inquiétez pas, on commence à comprendre que c’est une fête et que chacun se souhaite un tas de choses chouettes … Alors, on ne veut pas être en reste, et on vous offre des tas de coloriages et de souhaits pour votre nouvelle année 2017.

Nous avons découvert les formes à dessin. On peut les utiliser pour faire  des dessins géométriques. Et en plus, on peut superposer les formes pour obtenir de nouvelles formes. C’est un atelier qui nous passionne… La maîtresse est contente, parce qu’en plus de nous apprendre ce que sont les formes, l’utilisation d’un outil pour tracer le contour est un excellent exercice de motricité qui prépare nos petites mains à l’écriture.

C’est papy qui va être content en voyant ces photos. Nous, on aime bien les tablettes, les claviers, mais tu sais, on aime aussi les bons vieux morceaux de craie. Nous nous aidons des sons rugueux qui préparent directement le geste de l’écriture. C’est pour cela que les sons rugueux sont en cursif, en attaché quoi !!

La répétition d’un objet graphique est souvent la clé de sa mémorisation. Pour cela, nous utilisons cette ardoise avec des cases. La maîtresse nous écrit le chiffre que l’on désire dans la première case et nous , on remplit les autres. Elle nous aide, mais on le fait tout seul. C’est un peu sa devise à la maîtresse  » nous aider à faire seul »

Ecrire sur tous les supports, encore un objectif à tenir. Et c’est en multipliant les ateliers graphiques de toutes sortes, et sur tous supports que  nous mémorisons les gestes de l’écriture.

Chaque jour apporte des notions nouvelles et chaque jour fait appel à des notions déjà vues. On appelle ça de la consolidation d’acquis. Dans les ateliers lecture, c’est tous les jours que nous devons faire appel à nos connaissances, les maîtriser et les réutiliser.

Et en plus on a de jolies tablettes de couleur avec des lettres dessinées dessus. La maîtresse les appelle des sons rugueux. On sait que c’est elle qui les a fait, juste et rien que pour nous…
C’est pour nous permettre d’associer des sons et des signes. Et nous on adore les toucher en prononçant les bons sons.

On apprend à maîtriser des sons, à les associer à d’autres sons pour qu’ensemble, en se donnant la main, ils fassent vivre nos copains les mots…

Et vous savez quoi? On arrive à découvrir un objet grâce à des sons qu’on associe.
La maîtresse nous écrit des messages secrets et nous , on fait chanter les sons et lorsqu’on a décodé le message on le scotch sur l’objet. On a même le droit de rapporter à la maison les messages secrets décodés.
Bien sûr, on a entendu la maîtresse dire que c’était des mots simples, mais on sait que c’était pas pour dire qu’on n’arriverait pas avec des mots compliqués. C’est qu’au début, il faut aller doucement et répéter souvent les choses pour que tout soit bien ancré dans le processus de la lecture…

C’est un véritable casse tête de ranger ces barres.  En plus, non content d’avoir à les compter les ranger, il faut leur donner un numéro d’ordre… D’où la maîtrise des nombres, de l’ordre des nombres… Encore une fois, c’est seulement jusqu’à 10, mais quand on a compris la méthode, on peut sûrement l’appliquer à d’autres numéros… le plus important est de bien acquérir la méthode de travail et de s’en servir comme d’un outil référent qu’on va garder bien au chaud, pour plus tard…

 

On devient des pros des nombres. C’est normal, on a plein d’ateliers qui utilisent les mêmes notions, mais à chaque fois d’une manière différente. Au début on joue avec les barres rouges et bleues dans l’ordre puis dans le désordre pour bien comprendre la notion de quantité. 3, c’est trois unités ensemble, on ne peut pas les séparer mais on les voit. Cela forme un tout.
Puis on doit associer la quantité avec son symbole, c’est plus difficile. Et maintenant avec le fuseau c’est nous qui construisons chaque quantité. De plus en plus dur, mais on adore ça!!

2017, il n’y a pas de jeux olympiques, non?  Vous devez le savoir, vous les grands… Nous, les moyens et les petits, on ne  sait pas trop, mais on a découvert qu’il fallait qu’on commence tôt à s’entraîner. On a commencé en salle avec des ballons. Obéir et apprendre à respecter une consigne, puis appliquer des gestes pour maîtriser notre corps, c’est un bon début non? Mais apparemment, les séquences de motricité se font aussi en classe quand on joue avec les ciseaux… Nos petits doigts sont parfois rebelles.

 

Les puzzles deviennent de plus en plus complexes, n’en doutez pas, mais on devient fort. Et surtout très intéressés par la difficulté.

 

 

Pour que tous ces ateliers sensoriels  se déroulent comme il faut, il est indispensable que chacun respecte le travail de l’autre, et qu’il y ait un minimum de calme…Sinon, tout tombe. Ce ne serait pas gentil pour le travail du copain. Vous savez, c’est important d’apprendre à se concentrer pour mener à bien une tâche… C’est vrai dans les ateliers mais ce sera aussi vrai dans d’autres situations aussi bien à l’école qu’à la maison.

Allez, on n’y résiste pas! Ce n’est pas une erreur! On revient encore une fois pour vous souhaiter une très bonne année, merveilleuse, et avec plein de sourires et de souvenirs à raconter! Oui, bonne année à tous!


 

Un peu de français, d’arts et de sciences – Bonnes fêtes de fin d’année !

Commentaires fermés sur Un peu de français, d’arts et de sciences – Bonnes fêtes de fin d’année !
 

Après quatre mois de classe, nous nous sommes tous très bien adaptés au fonctionnement de la classe.

A tel point qu’il nous est parfois difficile d’aller en récréation, nous préférerions rester travailler un peu plus !

Tous les jours, la maitresse nous prépare un plan de travail avec pour l’instant deux activités obligatoires : une en français et une en mathématiques.

Mais à la rentrée, ce plan de travail devrait augmenter avec deux activités supplémentaires en histoire, géographie ou sciences ! Ces activités correspondent au rythme de chacun et nous pouvons ainsi tous bien maitriser chaque notion avant de passer à la suivante.

Voici quelques-unes des activités que nous faisons en français :

La lecture

montage-lecture

Des exercices de compréhension avec :

montage-comprehension

Ici nous associons des mots contraires par paires en nous aidant de leur illustration pour enrichir notre vocabulaire :

montage3

De la grammaire, car reconnaître les natures de mots nous permet de mieux les utiliser ensuite lorsque nous parlons.

montage4

Le scrabble, un jeu incontournable pour découvrir de nouveaux mots et développer notre habileté cognitive. Oui, car en essayant d’agencer nos 7 lettres, nous ne faisons rien de moins que résoudre un problème de configuration. Nous faisons ainsi de la recherche constructive : le développement systématique d’une manière d’examiner les différentes combinaisons d’éléments (ici les lettres) à réarranger jusqu’à ce que nous trouvions la solution, c’est-à-dire le mot qui nous rapportera le plus de points (tout en faisant ainsi en passant un peu de mathématiques !). Et pour vérifier notre mot et le fixer dans notre mémoire, nous utilisons bien sûr le dictionnaire.

montage5

Et des dictées pour appliquer toutes les règles que nous connaissons !

montage6

Nous avons continué de travailler avec les CE2 en arts, en tentant une reconstitution du tableau « Le serment du jeu de paume » de Jacques-Louis David. C’était très intéressant, cela nous a demandé une observation détaillée du tableau et nous avons ainsi étudié les différents plans et la posture des personnages.

montage7

Enfin, la maitresse a mis en place les exposés que nous attendions avec impatience et des défis en sciences.

Nous pouvons choisir l’exposé que nous souhaitons mais la classe pose ensuite des questions en lien avec notre thème. Chacun s’investit : celui qui cherche doit trouver la réponse aux questions et ceux qui écoutent le font volontiers car ils attendent la réponse à leurs questions.

Nous faisons aussi des recherches ponctuelles sur des thèmes qui nous intéressent : ci-dessous des recherches sur les animaux que nous avons pris plaisir à dessiner.

montage8

En sciences, les derniers défis étaient sur les notions de filtration. Par exemple, comment rendre propre une eau sale ?

montage9

Le mois prochain, nous vous ferons un point sur les activités de mathématiques que nous réalisons. Au programme, les quatre opérations avec ou sans matériel de manipulation, des problèmes, les fractions, la maitrise des grands nombres.

Et pour finir, notre photo de classe avec le Père Noël, un moment très apprécié. Merci encore pour les cadeaux et le gouter !

Très bonnes fêtes de fin d’année à tous !

montage-noel

 

Père Noël, où es tu?

Commentaires fermés sur Père Noël, où es tu?
 


Il est l’heure de faire le sapin…

La maîtresse a sorti un carton du placard… Mystère pour nous les Petits, mais nos copains les Moyens ont tout de suite su ce que c’était. Ils l’ont reconnu! Le sapin, voilà le sapin… Chacun d’entre nous a reçu un morceau du sapin, et il a fallu le reconstruire en se servant des couleurs au début de chaque branche… Mais une fois fini, il a vraiment belle allure.

Une décoration collective

Chacun d’entre nous a participé à la décoration du sapin. Facile pour ceux qui avaient quelque chose à accrocher en bas, mais plus compliqué pour le haut du sapin. Heureusement, on a trouvé de l’aide avec Cathy, qui n’a pas hésité à nous porter…

 

 

 

L’excitation des jours qui vont arriver ne nous font pas oublier nos activités de tous les jours…Et même c’est peut être avec plus d’application que nous avons réalisé nos ateliers. On ne sait jamais… SI le Papa Noël jetait un coup d’œil par la fenêtre…

Certains le cherchent en classe, discrètement. D’autres à la bibliothèque dévorent des histoires connues, en espérant le trouver, peut être, au détour d’une page.

Tu as vu, Père Noël, nos ateliers de langage? On a même appris à retrouver les sons qui composent ton nom. Et on l’a écrit avec des lettres bleues et rouges. Tu aimes bien le rouge, toi, non?

Alors, pour passer le temps, on continue nos activités: cylindres, tour rose ou rouge, découpages… On réussit nos travaux: c’est vraiment le moment de s’appliquer… Et puis voila maintenant quatre mois qu’on est en classe, et on a pris nos habitudes…

Des petites mains au travail

Le sapin décoré nous a remerciés en nous livrant de jolies pignes. On a découvert ces drôles d’objets, et quand la maîtresse nous a donné les consignes, on a vite compris… Verte, tu seras toute verte! Pas si simple de tenir le pinceau pour peindre la pigne sans peindre la table ou nos doigts…

Mais chacun a gardé son calme, et s’est appliqué. La maîtresse a ressorti les nappes de couleur. Elle doit avoir peur que dans notre enthousiasme, on déborde… un peu! Une activité de motricité fine qui nous entraîne sur la route de Noël…

Le travail avance, et bientôt elle sera toute belle, notre pigne. Prête à retourner se mettre dans un sapin, pour le décorer.

On continue nos activités …

Des activités pour chacun: utiliser une éponge et bien comprendre la chronologie des gestes pour réussir la tâche, ouvrir ou fermer des boîtes (ça peut aider pour des cadeaux, on ne sait jamais…), utiliser des perles de couleur pour réaliser des colliers (Je pourrais peut être en faire un pour le Père Noël?) ou transvaser de la semoule sans en mettre partout… Tu vois, Père Noël, on est sage !  On t’attend! Et pour être certain que tout le monde soit prêt, on se donne un coup de main dans les couloirs…

Je crois qu’on est impatient… On n’en a pas connu beaucoup de Noël, mais on a vite compris que c’était quelque chose d’intéressant!  Vivement Noël

Un bus, c’est grand!

Nos copains les Moyens nous avaient dit que le bus, c’était rigolo! Et bien, on peut vous le dire, maintenant: on aime ça. Et surtout avec les copains et les copines! Direction le cinéma!

Et nous voilà au cinéma!

Une autre fête, bien sympathique , en attendant Noël…

C’était chouette! Notre copine Garance a soufflé ses 4 bougies… On ne l’a même pas aidé… Enfin, si un peu, pour finir le gâteau, qui était très bon. Merci Garance!

C’était le dernier anniversaire de l’année 2016! L’année prochaine, on recommencera à fêter les anniversaires tous les mois… Et ça, on aime beaucoup aussi!

Noël: une fête pour tous

C’est avec beaucoup d’application que nous avons préparé des chants…

 

 

Ainsi va la classe…

Commentaires fermés sur Ainsi va la classe…
 

Il flottait dans les couloirs comme un parfum de gâteau… Et grâce à Delya, nous avons fait un délicieux goûter. Au début, on ne savait pas si on allait le manger, ce gâteau. C’était le flocon de la Reine des Neiges ! Et ça n’allait peut être pas lui plaire… Mais tant pis, on a pris notre courage à deux mains, et on l’a croqué! Merci à la pâtissière! C’était à la fois très joli, et surtout excellent! Joyeux anniversaire!

Pour réaliser un beau dessin, il faut bien suivre la recette: Prendre une fiche préparée avec tout plein de petits points. Prendre un feutre, et attacher tous les petits points. Vous verrez le dessin apparaître. Prendre ensuite de jolis crayons de couleur, et laisser vos petits doigts travailler. Ils vont colorier sans dépasser… C’est qu’on les entraîne souvent, nous, nos petits doigts!


Pendant qu’une de nos copines met la main dans un grand sac pour y chercher sans regarder les objets dessinés sur les vignettes, d’autres jouent avec des sons. Là aussi la recette est simple: Prendre un objet et faire chanter les sons, puis une fois qu’ils sont bien dorés, les chercher dans les sons rugueux. Chaque objet a une suite de sons, et on sait les retrouver et les déposer pour composer le costume du mot.. C’est tout simple. Vous devriez essayer!



Plusieurs ateliers sont mis en place pour faire chanter les sons des mots. D’autres ateliers entraînent nos oreilles à reconnaître les sons et à classer des mots qui font partie de leur famille…

Et dans un coin de la classe, bien caché dans son livre, il y a un gros loup qui nous observe… Monsieur Loup est le plus féroce des loups, et on ne serait pas étonné qu’il dévore nos autres livres! En attendant, on l’a découvert dans un album, et ses aventures nous passionnent… Et puis, on a découvert qu’il n’était peut être pas si féroce que ça! En tout cas, même si c’est vrai, s’il sort de son livre, on se méfiera !

Les ateliers qui font chanter les sons des mots ne sont jamais vides. Chaque élève aime aller y prendre sa place quand son tour est arrivé… Ainsi va la classe…


Dans ces ateliers, on peut dire qu’on a eu un coup de barre! Vous allez voir: On a fait des assemblages de barres bleues et rouges. Et après on les a mesurées.  Oui, mais comment faire? J’ai une idée, on écarte les bras, et on voit comme ça, quelle barre est la plus grande! Ah, non, je ne suis pas d’accord, tu as des bras plus longs que moi! Pffff! Et si on comptait les barres bleues et les barres rouges? Et c’est ainsi que nous avons bien compris que certains nombres étaient plus grands que d’autres… Ce travail va nous servir pour comprendre comment ranger des nombres, et même comment comparer des mesures de longueur, plus tard…
Quant aux toutes petites barres, dans la boîte, il faut les regrouper par paquets. Cela pourrait être facile, si ces vilains élastiques n’avaient pas décider de nous embêter. Et voilà comment un exercice de numération devient aussi un exercice de motricité fine, tout cela à cause de ces maudits élastiques qui ne veulent pas obéir!

Vous remarquerez qu’en dessous de chaque nombre, j’ai posé des jetons, par exemple 5 jetons pour le nombre 5… Mais ce n’est pas tout! Vous ne remarquez rien d’autre? Allez, cherchez bien! Je vous explique: les jetons sont rangés par groupe de deux. Et on a découvert qu’il y avait des jetons sans copains dans certains nombres. la maîtresse nous a expliqué qu’on les appelait des nombres impairs et des nombres pairs…. C’est comme quand on est en rang avant de rentrer! Si un copain est tout seul, c’est qu’on est un nombre impair ( ou que certains ne veulent pas se mettre par deux, ça peut arriver!). Et voilà, pairs et impairs, deux nouvelles notions…

Ainsi va la classe: nos ateliers pratiques connaissent encore des jours actifs. Certains s’entraînent au lavoir (succession des actions), d’autres se lancent dans des ateliers de mécanique! On sera bientôt prêt pour faire la révision de ta voiture Papy! (enfin, presque!)

Quand Doudou nous a parlé tout doucement de l’atelier des cylindres, en disant que ce n’était pas facile, on s’est un peu moqué de lui! Mais quand on s’y est attaqué, on a vite compris que ce n’était pas si simple que cela en avait l’air. D’accord, il y avait des cylindres à ranger dans des boîtes, mais il ne fallait pas tenir compte que de la largeur ou la taille des pièces. Il fallait prendre en compte d’autres paramètres qu’on ne pouvait pas voir sans toucher: la longueur, le poids… Et le tout mélangé parfois, jusqu’à 4 boîtes… Mais si rien ne résiste au loup le plus féroce, rien ne résiste aux Moyens les plus malins! Même pas des cylindres, Doudou!

Pour réussir nos activités de langage, il nous faut parfois faire des ateliers de logique. Nous devons regrouper des éléments en fonction de leur chronologie. Jusque là, tout va bien! Mais quand la maîtresse s’approche, il faut  raconter l’histoire, et trouver le lien entre chaque image… Un exercice de construction de phrase qui nous entraîne vers la construction du langage.

Des ateliers qu’on a déjà découverts avec d’autres copains, mais que chacun a envie de faire pour les inscrire à son parcours d’activité. Poupées russes, tour jaune ou jeux de construction colorés sont au programme.

Il faut toujours faire attention dans les escaliers! C’est une vérité qu’on a apprise! Mais avec cet escalier là, il faut encore plus être prudent, car un moment d’inattention, et la construction ne sera pas validée par la maîtresse…
Alors, comment faire? Bien organiser les barres marrons en fonction de leur taille, puis les classer pour que cela fasse un bel escalier… Et on a même compris que la tour rose pouvait servir à compléter chaque marche de l’escalier marron…
Un exercice de motricité fine, de réflexion et de communication…
La place est libre pour d’autres copains, mais avant tout, il faut tout ranger!

Chaque couleur est une grande famille.  Et pour faire plaisir à tous les membres de la famille, il faut donner des places à chacun. On parle de nuance, et on les a mis dans un ordre bien organisé du plus foncé au plus clair…
Et associer nuances et couleurs devient un jeu…  d’enfant!

Pendant que certains manipulent encore des ciseaux pour donner des couleurs à un petit chat dessiné par des formes, des moyens se lancent dans la grande aventure des puzzles compliqués. Eh!  Doudou, je te  surveille, pas question de prendre un morceau pour me le cacher!
Et pendant ce temps là, un de nos copains utilise une craie grasse pour faire apparaître le relief d’un dessin en frottant…  On l’ a regardé faire: il a d’abord fallu qu’il dompte les pinces à linge pour les faire obéir à ses petits doigts (et ce n’était pas une mince affaire!) et faire tenir les feuilles sur le modèle. On l’ a vu ensuite prendre une craie grasse, et la tenir, comme lorsqu’il devra écrire. Et frotter, frotter encore, sans lâcher la craie…Et par miracle, des formes sont apparues… Un exercice de préparation au graphisme, a dit la maîtresse.

Les feuilles des arbres ne tombent qu’une fois par an! Et la maîtresse les a capturées pour nous les apporter! Et nous, les Moyens, en Sciences,  on a joué à les reconnaître et à les classer.

Mettre des perles sur un cordon, c’est tout un travail. Il faut mettre la perle sans lâcher le cordon, sinon, on est bon pour tout ramasser! Quant à l’atelier verseuse, on n’a pas encore décidé de vous servir le thé… On essaye juste de remplir un verre d’eau en s’arrêtant au trait qui marque le niveau…  Oui, mais si on dépasse? Et bien, Doudou, on reverse tout dans la carafe, et on recommence!

Trier des formes, les ranger, les remettre à leur place, voilà des ateliers qui peuvent prendre différents aspects. Mais ils vont tous dans le sens de la logique et de l’acquisition d’un esprit de comparaison… Ah, mais tiens, regarde Doudou, voilà encore notre atelier de mécanique: ce n’est pas évident du tout de mettre ce petit machin sur ce truc, là! Eh oui, mais c’est pour entraîner nos petits doigts, Doudou!

Mais non, Doudou, non, il n’y a pas un serpent dans la classe! Enfin, si, mais celui là, il est inoffensif.  Il veut même nous apprendre à compter jusqu’à 10, et à comprendre que 10, ça peut s’écrire avec deux nombres, comme 5+5, ou 6+4… D’ailleurs, comme tous les serpents, il va changer de peau… Au début, il est tout doré, puis petit à petit, grâce à nous, il va changer de couleur. Et quand on aura fini, il sera de toutes les couleurs…
Mais ça va lui faire mal, au serpent?
Mais non, car on remplace chaque barrette de 10 perles dorées par 2 barrettes de jolies couleur.
C’est difficile?
Mais non, Doudou, il suffit de compter et de faire une addition… C’est tout!

Procès-verbal du conseil d’école du 15 novembre 2016

Commentaires fermés sur Procès-verbal du conseil d’école du 15 novembre 2016
 

Ci-dessous, le procès-verbal du conseil d’école en date du 15 novembre 2016 :

Adobe PDF

Alors, je t’explique….

Commentaires fermés sur Alors, je t’explique….
 

Alors, je t’explique… C’est une des formules qui pourraient être le plus souvent employée dans notre classe. Nous les Moyens, nous avons des acquis, des savoir faire, et nous voulons les partager avec nos copains les petits. Nous, les Petits, nous avons des envies, des besoins, et nous écoutons les explications de nos copains les Moyens… Et la maîtresse, dans tout ça… Elle n’est jamais bien loin, elle donne les premières consignes, elle veille et valide les activités.

Pour cette maquette d’avion, la validation est évidente. C’est vite vu.. Avec cet avion, on va pouvoir partir et voler vers les pays de nos ateliers de logique, de pratique. Des activités complémentaires qui viennent s’ajouter à des ateliers de langage, de graphisme, de maths, et qui nous apportent des moments intenses.

Nos petits doigts, nos petites mains développent notre envie de produire de jolies choses. Pour cela, il faut obéir aux consignes, reconnaître les couleurs, les utiliser sans dépasser. Un effort de concentration avant un moment de satisfaction. Et tout cela en utilisant des outils différents (feutres, crayons, pinceaux…)

Alors, je t’explique… Pour réussir une trace, il faut prendre une ardoise et un feutre… Mais pas simplement. Car avant de tracer le graphisme d’une lettre, il va falloir que tu apprennes « à ta tête » et « à tes doigts » à travailler. Mais comment tu fais? Alors, je t’explique:  D’abord, avec la maîtresse, tu vas apprendre à reconnaître le son. Ensuite, tu t’entraîneras à tracer la forme que tu viens d’apprendre dans du sable. C’est ton doigt qui apprend. Il apprendra aussi en suivant la trace sur une plaque avec un son rugueux pour bien mémoriser les gestes et leur sens…
Et quand je sais bien le tracer, je prends mon feutre et mon ardoise?
Non, d’abord tu vas t’entraîner encore sur une ardoise avec une craie. Puis le feutre…, tu as compris? A toi de faire maintenant…

Les mots ont un sens. On parle de vocabulaire. Entre les mots et les images, c’est une grande histoire d’amitié. On ne peut pas les séparer, et on a toujours envie de les regrouper. C’est un travail de lecture, de reconnaissance de mots. Il faut associer des cartes par paires, et retrouver les graphies des mots qui leur correspondent.

Grâce aux signes sons que la maîtresse a réalisés, nous composons notre prénom. Ce n’est pas toujours évident car, jusqu’à présent, on a utilisé des caractères d’imprimerie (majuscules ou minuscules) . Maintenant, nous avançons sur la piste des signes attachés ( cursives dit la maîtresse). C’est rigolo tous ces signes qui se donnent la main. On dirait qu’ils dansent et chantent notre prénom.

Alors là, il faut que je t’explique. Tu vois, la, il y a des plaques avec des sons. On a entendu Papy dire que c’était un « Vé »(V), ou un « Elle »(L) … Ne les appelle pas comme ça, tu vas les vexer! Leur vrai nom, leur nom de copain, c’est  » V » (il faut dire Vvvvv, tu comprends?).  Il faut dire le son qu’ils prennent dans le mot. Par exemple, BATEAU, c’est un « Bbbbb », un Aaaa (ça c’est facile) un « Ttttt », un Oooo… (la maîtresse dit que ce sont des sons pas des lettres)
Ah je comprends, il ne faut pas dire (Bé) A (Té) O…
C’est cela. Car, il faut que je t’explique… Pour écrire, il faut te servir de tes doigts, c’est sur et aussi de tes oreilles. Dans Bateau, tu n’entends pas Bé, mais Bbbb
Ah, je crois que j’ai compris…. Il va falloir que je l’explique ce soir à Maman, ou à Papy….
Nous les moyens, on a entendu la maîtresse dire que c’était très important, et que si on ne faisait pas comme ça, ça allait nous freiner pour apprendre à lire. Et, nous, apprendre à lire, on veut ça!

 

Alors, là, je t’explique: On est toute une équipe de copains et on a la même tâche à réaliser.  C’est une situation de partage, d’échange, où chacun connaît son rôle et peut expliquer pourquoi il a agi dans telle ou telle situation. Ces moments de regroupements sont importants, car ils permettent de travailler en groupe, en suivant les consignes à respecter tant pour la réussite du travail que pour le comportement en groupe.

Chaque nombre a une signification et une écriture qui lui est propre. Nous apprenons à retrouver chacune d’entre elles. Alors, il faut que je t’explique: chaque nombre doit être mis à l’endroit, et pour chaque nombre, tu vois, il faut mettre la collection qui lui correspond sur le portique qui est là, à côté. Et puis, on va essayer de ne pas gêner notre copain qui réfléchit sur son atelier de tableau à double entrée..

Il faut pendre chaque petit chapelet de perles à la place qui lui est réservée, dans l’ordre (ou pas…)

Chacun d’entre nous passe par la case habillage: il faut dire qu’avec le froid qui commence à arriver, il faut qu’on s’entraîne à ouvrir et fermer boutons, scratchs, passants, des boucles… On a remarqué qu’en atelier, ça semble simple, mais que lorsqu’on doit le faire dans le couloir, c’est moins facile. Mais, on est là aussi pour aider un copain qui y arriverait pas.

Il y a des objets qui nous accompagnent tout au long de la journée. Ca devient de vrais copains: la colle, les ciseaux. Au début, on avait un peu de mal avec la colle. Ca vous semble peut être étonnant, mais il faut savoir la mettre du bon côté, éviter d’en mettre partout. C’est tout une gymnastique de tous les moments qui va nous servir dans beaucoup d’ateliers. Découper, coller, redécouper, recoller…. au bon endroit.

Avec des gommettes, c’est plus facile. La colle est déja en place, mais c’est une autre gymnastique de décoller ces petits bouts de papier pour les remettre au bon endroit. Il faut viser juste!

 

Alors, je t’explique: tu vois, j’ai pris les cylindres rouges et je les ai mis les uns sur les autres pour faire une tour rouge. Mais attention, il faut bien mettre le plus gros en bas, sinon, badaboum ! Ce qui est intéressant, ce sont les échanges entre Moyens qui savent et Petits qui veulent savoir. Cela fait partie d’exercices de langage: je transmets une information (et je trouve les mots qui vont correspondre à une consigne), je me fais comprendre. Je reçois une information, je comprends une consigne, je sais écouter… Plus tard, ce seront les Petits qui expliqueront les consignes…

Transmettre, recevoir, expliquer, écouter, et aussi réaliser. D’ailleurs, la maîtresse valide la tour… Mais même si elle ne venait pas, on saurait vite si on a réussi ou pas… Tant que ça tient debout, c’est juste!

Alors là, il faut que je t’explique: Les barres de couleur, les pions, les nuances. Les Moyens doivent transmettre le savoir sur cet atelier, car ils en ont compris le fonctionnement. C’est encore un lieu d’échange. On ne reste pas dans son coin à réaliser son atelier (ça peut arriver). On partage, on le fait avec un copain, on gère nos erreurs, ou on explique une erreur à un autre… C’est une relation qui s’établit. On est dans la communication.

S’il y a des ateliers qui nous attirent, ce sont ceux sur les aimants…. Les aimants  ne réagissent pas de la même manière avec les matériaux. Nos expériences nous informent, et nous, nous informons nos copains des résultats de nos recherches. On émet des hypothèses, on les vérifie, on établit des règles. On échange une fois de plus nos impressions, les consignes. En fait, on découvre les valeurs du partage.

Alors, il faut que je t’explique: on aime bien discuter, expliquer, commenter, montrer qu’on sait faire et qu’on sait être. On aime travailler, réussir.  Et demain, je t’expliquerai de nouvelles choses que j’aurai apprises…

Moyens et Petits travaillent en commun. L’activité a été confiée à un Moyen, mais a attiré un  Petit qui surveille avec attention la réalisation de l’activité. . Une fois l’activité finie, il faut vérifier si tout est correct, et si les deux copains sont d’accords, on appelle la maîtresse pour validation.









 

 

Venez faire un tour dans nos ateliers…

Commentaires fermés sur Venez faire un tour dans nos ateliers…
 

Les anniversaires des copains

 

Encore un moment de fête pour les anniversaires de deux de nos copains, qui se sont appliqués à souffler leurs bougies! Bravo à tous les deux! Et félicitations aux pâtissières, on s’est régalé!

La visite des ateliers commence ici

 

Tous les moments de la journée sont des sources d’apprentissages… C’est sur ce constat que la maîtresse nous a construit des ateliers pour apprendre à maîtriser nos gestes, à utiliser nos petits doigts et nos petites mains. Un entonnoir, de la semoule, et voilà une séance qui met en jeu notre adresse…

Il faut être sûr de ne pas tout mettre à côté, et nos copains viennent nous encourager (ou nous surveiller, peut être?)

Remplir un bac avec de l’eau, ça peut paraître simple… Le vider, c’est déjà un peu plus compliqué. Alors, le vider en utilisant une éponge, c’est un exercice qui nous impose d’être rigoureux. Il faut veiller à la succession des gestes, la comprendre, et réaliser chaque opération dans l’ordre…

Evidemment, il y a une méthode plus rapide pour vider la bassine, mais elle ne fait pas partie des opérations programmées…Euh, maîtresse, je crois que j’ai fait une catastrophe! Mais non, c’est une nouvelle occasion de réaliser un apprentissage: analyser une situation, trouver une solution, et réaliser les actions qui vont résoudre la situation… Tout est sujet à apprentissage, et chaque geste, chaque action nous aide à nous construire. L’erreur (ici la chute de l’eau) entraîne une série d’action pour réparer à la manière … d’un grand, sous l’œil bienveillant de la maîtresse…

Maîtresse, j’ai transvasé tous les grains… Je crois que j’ai fini et que je n’en ai pas mis à côté. J’ai réussi à maîtriser mes gestes avec la cuillère , à me concentrer, à regarder devant moi, sans être distrait par les copains ou les copines…Et la tâche est réussie, et j’en suis fier.

Avec le froid qui arrive, on va avoir du travail pour nos petits doigts…Et encore, il faudra qu’ils soient habiles s’ils se sont cachés dans des gants. Devenir grand, c’est devenir autonome au moment de l’habillage…Alors, on s’entraîne pour devenir les champions des boutons, des pressions et des scratchs… Mais parfois, on se demande pourquoi les grands font des choses aussi compliquées pour nos petits doigts!

Au pays des nombres et de la logique

 

Le moment des ateliers mathématiques, c’est toujours un moment que nous aimons. Petit à petit, nous apprenons à associer un chiffre à une collection. Et quand on sera assez fort et qu’on maîtrisera les nombres jusqu’à 9, on continuera la comptine des nombres…

En attendant, sur un portique, on commence par poser des nombres. On sait les lire, mais il faut en dessous accrocher une petite barrette qui correspond au nombre… Il faut compter avant de l’accrocher… Et une fois de plus il faut demander à nos petits doigts d’être bien habiles et d’obéir pour aller accrocher au bon endroit l’objet. Un travail minutieux où il faut prouver qu’on maîtrise la compétence COMPTER.

Et c’est sous l’oeil passionné des copains qu’on avance dans notre tâche. C’est d’ailleurs une occasion d’échanger et de communiquer. Ou tout simplement d’expliquer ce que l’on fait ou ce qu’on va faire…

Une fois de plus, il faut associer un nombre à une collection. La collection a ici une autre dimension. C’est beaucoup plus grand! Mais le plus difficile, c’est de retrouver le bon nombre, et de l’associer à la bonne collection A L’ENDROIT! Car ces fichus nombres ont toujours tendance à vouloir se mettre à l’envers… Et en plus, ils se ressemblent…

Au pays des lettres, des sons, des mots, des livres…

 

D’autres temps forts sont réservés à des ateliers qui mettent en oeuvre le langage. Parler, échanger, communiquer, mais aussi manipuler des lettres, retrouver des sons, des « attaques » de mots…

Les règles du jeu, nous, les moyens, on les connaît. Il faut retrouver des mots qui commencent par un son (la maîtresse parle de « son d’attaque »). On sait faire, mais nos copains les petits semblent un peu déconcertés. Pas de panique, on va vous expliquer… Et c’est ainsi qu’un atelier de phonologie devient un atelier d’échange et de communication. Les moyens doivent se faire comprendre en composant des phrases et ciblant des objectifs. Les petits doivent se concentrer et comprendre la règle du jeu…

Manipuler des lettres, trouver des mots qui peuvent être associé à un son, à une lettre… Nous voilà en route pour la grande aventure de la lecture…

Et quand on parle de la grande aventure de la lecture, on n’est jamais bien loin de nos copains les livres. Ils font partie de notre monde, et chaque jour, ils vont prendre plus de place dans nos activités, en nous entraînant encore plus loin sur la route de la lecture…

Découvrir et se construire…

 

Chaque atelier sensoriel nous permet de développer des capacités ou des compétences précises. Les objectifs sont toujours les mêmes: nous aider à avancer dans l’autonomie et à devenir des grands… C’est encore une occasion pour échanger, expliquer, observer et comprendre. Chaque élève est peut être seul dans son atelier, mais il y a toujours un copain qui a fini son activité pour l’aider en cas de difficulté… Manipuler et ranger des poids, trier des couleurs, ranger des barres de couleur, mémoriser des formes sont des missions que chacun d’entre nous va accomplir à tour de rôle.

Tous les sens sont en éveil. Et quand le travail est fait, c’est avec une certaine fierté qu’on attend la validation de la maîtresse… Et pendant ce temps là, nos copains apprennent à tracer des formes en atelier graphique.

Voilà, la visite est terminée, revenez quand vous voulez!